J.-C.) qui fut le plus important théoricien de la rhétorique latine. Il affirme toutefois n’avoir jamais renoncé à s’adonner à la philosophie après ses études de jeunesse[A 60], ce que montre la présence diffuse de termes et de thèmes philosophiques dans les œuvres de sa période d’activité[112]. En revanche, au XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle, il n'est considéré que comme un simple compilateur des philosophes grecs. We synthecize media and data to creative that lead extraordinary brands to exceptional results. Il a participé aux Mystères d'Eleusis[13]. Cicéron : biographie courte d'une figure de la Rome antique, Clisthène : biographie courte, dates, citations, Crassus : biographie courte, dates, citations, Charles Martel : biographie courte, dates, citations, Thucydide : biographie courte de l'historien grec, Jules César : biographie du général romain conquérant de la Gaule, Ponce Pilate : biographie courte, dates, citations, Damoclès : biographie courte, dates, citations, Brutus : biographie courte, dates, citations, Périclès : biographie du père de la démocratie athénienne. Il va répartir ses traités suivants selon la division classique de la pensée hellénistique en trois domaines majeurs, la philosophie morale guide de l’action humaine, la logique et la philosophie naturelle ou physique, quoiqu’il n’aborde cette dernière que de façon restreinte[118]. J.-C. pour un proconsulat en Cilicie puis la guerre civile entre Jules César et les Républicains interrompent ces travaux rédactionnels[115]. Il en eut deux enfants, séparés d'une dizaine d'années. En Roma, estudió con famosos oradores y jurisconsultos y, luego de la guerra civil inició su carrera como abogado. Il gagne le procès mais s'éloigne quelque temps de Rome pour parfaire sa formation en Grèce, de 79 à 77 av. Ils l'ont trouvé surabondant, ampoulé (inflatus, tumidus), tendant à se répéter inutilement (redundans) et faisant dans la démesure (superfluens), se complaisant trop au balancement des périodes terminées sur les mêmes rythmes[83]. J.-C., alors qu'il reprend son activité politique avec ses premiers discours contre Antoine. La préface rédigée en 1928 par Jules Martha à sa traduction du De finibus bonorum et malorum est représentative de cette dépréciation : « Il n’a pour bien traiter [les matières de la philosophie] la tournure d’esprit qui convient […]. À partir du IIe siècle av. David Ganz, « Corbie in the Carolingian Renaissance », Annales. Gérard Walter rejoint les avis de Mommsen et de Carcopino : vantant l'intelligence de l'homme mais dénonçant son cynisme et sa cupidité et le caractère fréquemment mensonger de ses écrits, il conclut que « la biographie de Cicéron est tout à refaire »[168]. J.-C. Les Siciliens le remercient par des dons en nature, qu'il emploie au ravitaillement de Rome, faisant ainsi baisser le prix du blé, et augmentant sa popularité[17]. En cela ils ont une utilité politique et sociale pour la République[133]. Parmi ces relations intéressées, Cicéron nous parle aussi de Vestorius « spécialiste du prêt, qui n’a de culture qu’arithmétique, et dont la fréquentation pour cette raison ne lui est pas toujours agréable » et de Cluvius, financier qui lui léguera en 45 av. Ces éditions ne sont parvenues à notre époque que très partiellement, plus des trois quarts de l’ouvrage sont perdus. Après l’étude des dieux, deux problèmes dérivés font l’objet d’une étude approfondie : la divination, liée à l’emploi politique et civique de la théologie, et le destin, dont l’analyse va déterminer le degré de liberté de l’action humaine[132]. J.-C., et Tiron devenu Marcus Tullius Tiro resta son collaborateur[59]. Quand Démosthène accuse Eschine d’être à l’origine de la guerre contre Philippe II de Macédoine, il emploie une comparaison imagée et balancée : « Car celui qui a semé la semence, celui-là est aussi responsable des plantes[A 46] ». Pour un exposé exhaustif sur les relations de Cicéron avec son fils, voir M. Testard, Le fils de Cicéron, destinataire du De Officiis, Bulletin de l'Association Guillaume Budé, 1962, 2. En mars 58 av. Ils s'entretiennent avec Sulpicius et Cotta, jeunes débutants avides de s'instruire auprès d'hommes d'expérience[67]. Toutefois, Cicéron refuse de s'aligner sur la doctrine d'une école particulière et rejette les conclusions trop dogmatiques[A 64] : puisque à son avis la vérité absolue est hors de portée, chaque thèse a sa part de probabilité, plus ou moins grande, sa méthode est de les mettre en présence, de les opposer ou de les faire s'appuyer mutuellement[122]. J.-C. dans l'une de ces rencontres ; Cicéron prend naturellement la défense de son meurtrier, Milon. Le départ de Cicéron en 51 av. Le De partitionibus oratoriis, sur les subdivisions du discours, daté de -54, est un abrégé méthodologique destiné à son fils. S'aidant des conseils d'Atticus, il décore sa villa d’Arpinum d'une grotte artificielle, son Amalthéum, évoquant Amalthée qui allaita Jupiter enfant[26]. De surcroit, ce choix de protagonistes est une manière d'affirmer que des Romains illustres peuvent s'intéresser à la philosophie sans déchoir[107]. Sa correspondance avec Atticus exprime son désarroi et ses hésitations sur la conduite à tenir. J;-C., propose d’associer Cicéron comme commissaire chargé de l'attribution aux vétérans de terres en Campanie, ce que ce dernier croit bon de refuser[A 19]. Cicéron - retrouvez toute l'actualité, nos dossiers et nos émissions sur France Culture, le site de la chaîne des savoirs et de la création. Il faut non seulement agir avec justice, mais aussi lutter contre l'injustice, et s'en abstenir revient à commettre une injustice. J.-C. d’une association secrète entre Pompée, César et Crassus (le premier triumvirat), César, consul en 59 av. Au IXe siècle lors de la renaissance carolingienne, Hadoard, bibliothécaire du scriptorium de l'Abbaye de Corbie, dispose d'exemplaires de la plupart des ouvrages philosophiques de Cicéron, avec lesquels il constitue un florilège « classique » d'extraits choisis et retravaillés pour les placer dans une perspective morale et chrétienne[152],[153]. Cicéron reprend espoir lorsque son gendre Dolabella qui exerce le consulat en alternance avec Antoine interdit les manifestations populaires à l'emplacement où César a été incinéré. En même temps, Cicéron retrace le lent perfectionnement de la rhétorique latine, et répond aux critiques des néo-attiques[88]. Il sort de cette expérience douloureuse en composant pour lui-même la Consolation, rédigée probablement entre le 7 et le 11 mars et aujourd’hui perdue[note 14],[117]. Le culte de la mort honorable et héroïque est très fort dans la Rome antique et tout homme sait qu'il est aussi jugé sur son attitude, ses poses ou ses propos lors de ses derniers moments. Mort de Cicéron Cicéron y analyse avec scepticisme les diverses formes de la divination comme les oracles et l’haruspicine étrusque. Curieusement, Plutarque omet cet épisode, passant du retour de Cicéron (XLV) à la mort de Milon (XLVI), mais cette querelle de propriété n'est pas sans conséquence. Selon Plutarque, Cicéron, mal accueilli par Caton qui lui dit qu’il aurait été plus utile pour la République qu'il soit resté en Italie, se comporta en poids mort et ne prit part à aucune action militaire menée par les pompéiens[A 2]. Je conserve ce qui a été dit par ceux dont je fais le choix et j'y applique ma façon de penser ainsi que mon tour de style, « Cicéron délibère s'il brûlera ses œuvres, sur la promesse d'Antoine de lui laisser la vie sauve, « le fondateur de l'art oratoire romain », « avocat à tout faire, parvenu gonflé d'orgueil, nageur entre deux eaux, girouette politique », « homme d'État malhabile, juriste médiocre, artiste admirable », « la biographie de Cicéron est tout à refaire », « On se trompe en croyant avoir dans les discours que nous avons tenus devant les tribunaux nos opinions dûment consignées : tous ces discours sont ce que veulent les causes et les circonstances, « Il appartient […] à l'avocat, parfois, de plaider le vraisemblable, même s'il n'est pas le plus vrai », « Il n’a pour bien traiter [les matières de la philosophie] la tournure d’esprit qui convient […]. Cette correspondance, ainsi que les Discours, donnent aux historiens de nombreux témoignages sur divers aspects de la vie de l’époque, dont les activités financières et commerciales de la couche supérieure de la société formée par les sénateurs, les chevaliers, les banquiers et les grands commerçants (negociatores)[73]. His father was a well-to-do member of the equestrian order and possessed good connections in Rome. Cette théorie a été réfutée par Pierre Boyancé dans son article « Cicéron contre Cicéron ? Elle est donc l’instrument qui sous-tend les théories bâties dans les deux autres domaines philosophiques, la physique et la morale. Si les biographes et les littéraires imprégnés de son œuvre lui sont généralement favorables, plusieurs historiens de renom ont émis des jugements très critiques à l'encontre de Cicéron, et de son attitude politique. L'ensemble forme un traité complet, sans avoir la lourdeur d'un manuel grâce au style dialogué. Ut igitur in seminibus est causa arbor(um) et stirpium, « un travail particulièrement propre à un orateur », « Je ne fais pas office de traducteur. Dans le premier traité, le Cato Maior de Senectute (Sur la vieillesse), un Caton l'Ancien très âgé converse avec Scipion Émilien et son ami Laelius, alors jeunes. Il rédige un panégyrique de Caton, qu’il qualifie de « dernier républicain », petite manifestation d’indépendance d’esprit à laquelle César répond en publiant un Anticaton, recueil de ce que l’on peut reprocher à Caton[A 32]. Sa préface apprend qu'il s'est entretenu avec le néopythagoricien Nigidius Figulus lors de son voyage vers la Cilicie. Il adopte une nouvelle approche pour en faire une œuvre philosophique et littéraire, la première du genre à Rome. Le dernier dialogue porte sur l'élocution et l'action. Les Romains ont consacré peu d'ouvrages aux techniques oratoires avant l'époque de Cicéron, on ne connaît que celui que Caton l'Ancien rédige pour son fils. J.-C.[46], César et sa suite s’invitent à dîner dans la villa de Cicéron à Pouzzoles. L’Histoire Auguste suit cette mode de la citation en nommant Cicéron dix-neuf fois, et faisant une quarantaine d’allusions ou d’imitations à la manière de Cicéron, aisément reconnaissables par un lecteur cultivé de l’époque[146]. Sommaire Cicéron se passionne pour sa philosophie, comme il le confiera sur la fin de sa vie[A 5],[9]. J.-C., le troisième jour du mois de janvier[A 1], à Arpinum, un municipe de citoyenneté romaine du Latium, à 110 km au sud-est de Rome, dans le pays des Volsques, longtemps adversaires redoutables des Romains. Propos de bon goût et d’un sel exquis. La thèse de Roland Poncelet[104] inventorie les expressions et les procédés latins pour rendre les argumentaires grecs et traduit les difficultés et les solutions adoptées par Cicéron : par exemple, une difficulté à exprimer les raisonnements, reflétée par une surabondance de prépositions traduisant des relations concrètes de lieu (vers, en venant de, etc.) J.-C., pour avoir exécuté des conjurés sans procès. En plus de faire face au triumvirat, il se voit obligé de quitter Rome en vue d'une promulgation de loi punissant tout magistrat ayant fait exécuter un citoyen sans jugement. Le De gloria (Sur la gloire), commencé vers le 26 juin et terminé le 3 juillet 44 av. Su madre, Hevia murió siendo joven y era descrita como una clásica matrona romana. En revanche, les discours de Cicéron, mis à part les Catilinaires et les Philippiques, et ses ouvrages philosophiques ou personnels sont négligés[150]. Quoique ce traité puisse être daté de l'époque de Cicéron d'après les personnages qu'il évoque, la période 86-82, cette paternité n'est plus retenue de nos jours en raison des opinions exprimées dans l'ouvrage qui sont fort différentes de celles de Cicéron[65]. Venant d'une famille aisée et respectée, il étudie dès son plus jeune âge la philosophie grecque et exerce la profession d'avocat dès 80 avant J-C. Il complète plus tard son éducation par des cours de rhétorique, qu'il suit en Grèce. J.-C., puis le De Legibus en 52 av. Tout au long de sa vie, ses discours et ses plaidoiries affirmeront ses qualités d'orateur, qui feront son succès. Contrairement à ses contemporains Pompée et Jules César, la carrière militaire ne l’intéresse pas, et après une solide formation à la rhétorique et au droit, il réussit grâce à ses talents d’avocat à se constituer suffisamment d’appuis pour parvenir en 63 av. Il sait ridiculiser un adversaire : il met en scène Clodius qui s'était déguisé en femme lors du scandale de Bona Dea. Elle lui donne une fille, Tullia, et un fils, Marcus peu avant son consulat[A 7]. Sur cet aspect concernant les Tulli, voir chapitre 1 (p.23-37) de Grimal 1986, en particulier p.26-29. Trois mois plus tard, Cicéron est surpris par l’assassinat de César, aux Ides de Mars, le 15 mars 44 av. Milon anticipe une probable condamnation en s'exilant à Marseille. S'il prend Démosthène comme modèle dans les Philippiques, ses derniers discours, Cicéron reste plus exubérant que son maître. Sa mère se prénommait Helvia[A 2]. En 1947, Carcopino a tiré d'une analyse à charge de la correspondance de Cicéron un portrait extrêmement dépréciatif : feignant le désintéressement et l'intégrité mais obsédé par l'argent, dépensier et endetté pour satisfaire son goût du luxe, mouillé dans des montages financiers parfois douteux, capteur d'héritages, mauvais père, fantoche apeuré manipulé par les triumvirs, courtisan opportuniste avec les grands et médisant en privé, etc. En fait, les biographes appliquent des colores, des éléments historiques qu'on déforme et qu'on manipule pour servir des intérêts esthétiques ou moralisants, dans ce cas, la dévotion, la pietas, la trahison, le fait de ne pas accabler les tueurs… Il est fort probable que les récits brodent à partir du fait brut de l'exécution. Cicéron : dates clés ... Les informations recueillies sont destinées à CCM Benchmark Group pour vous assurer l'envoi de votre newsletter. Considérer Cicéron comme un simple transcripteur des philosophes grecs à destination d'un public latin a pour corollaire au XIXe siècle un courant de recherche systématique dans ses traités de sources grecques pour chacun de ses énoncés, mis à part les références à la mythologie et à l’histoire romaine, et les anecdotes personnelles[174]. Comme d'autres sénateurs, Cicéron se replie dans ses villae de Campanie, où il continue sa production littéraire tout en se tenant au courant de l'évolution politique[47]. J.-C. À Athènes où il se lie d’amitié avec son compatriote Atticus, il suit l’enseignement d’Antiochos d'Ascalon, académicien comme Philon de Larissa mais plus dogmatique[10], des épicuriens Zénon de Sidon et Phèdre, du savant stoïcien Posidonius d'Apamée. Alors qu'à Rome certains parlent de diviniser le défunt Jules César, il y est question de l’évhémérisme, concept grec de divinisation des grands hommes par leurs compatriotes. Visiblement, le Cicéron des historiens du XIXe et du début du XXe siècle n’est pas celui des latinistes[162]. En 75 avant J-C, il débute sa carrière politique en devenant questeur en résidence à Lilybée. Viajó a Grecia para engrandecer su formación filosófica … Une série de traités publiés en l'espace d'une année constitue une réflexion d’ensemble sur la métaphysique : les De Natura Deorum (De la nature des dieux), De divinatione (Sur la divination) et De fato (Sur le destin)[130]. Catilina se radicalise de plus en plus et souhaite lever des troupes, mais il est démasqué. Son cognomen, Cicero, peut être traduit par « pois chiche, verrue ». Sa franche opposition à Antoine lui coûte la vie en 43 av. Dans sa villa de Tusculum, il fait aménager un gymnase et d'agréables promenades sur deux terrasses, lieux de détente et de discussion qu’il nomme Académie[A 15] et Lycée[A 16], évocations de l'école de Platon et de celle d’Aristote[25]. Cicéron naît en 106 av. Biographie courte de Cicéron La question est d’établir ce que l’être humain peut appréhender comme vrai au moyen de ses perceptions et de sa raison. Puis à Rhodes de 78 à 77 av. Grâce à l'enseignement, le De inventione est un des textes les plus copiés du Moyen Âge. Wilfried Stroh a sans doute raison : selon lui, Cicéron préparait ses discours par des notes, dont de rares fragments nous sont parvenus, et par un plan avec les têtes de chapitre. Dans son Brutus, il affirme à propos de César la supériorité de la gloire de l'éloquence sur celle des armes[A 49] ou selon une formule célèbre « que les armes le cèdent à la toge », c'est-à-dire au pouvoir civil[92]. Il fallait donc préalablement casser cette consécration, d'où cette procédure devant le collège des pontifes, plus haute instance religieuse des Romains: un pontife avait consacré, seul le collège des pontifes pouvait dé-consacrer. Marcus Tullius Cicero [1], que nous appelons Cicéron (106 à 43 avant Jésus Christ.) J.-C. avec une certaine méfiance incarnée par l'anti-hellénisme de Caton l'Ancien, tandis que des aristocrates comme les Scipions manifestent leur intérêt : les sénateurs ne veulent pas que le peuple et la jeunesse s’adonnent à des études qui absorbent toute l’activité intellectuelle, font rechercher le loisir, et produisent l'indifférence pour les choses de la vie réelle ; ainsi en 173 av. Elle fait un panorama de la rhétorique grecque puis dresse la chronologie des orateurs romains célèbres, depuis les débuts de la République jusqu'à César, dont la qualité d'expression est appréciée, et qui prononce un éloge de Cicéron[A 49] ! Il avait déjà décrit ce rôle dans le De Republica, et semble exprimer son espoir de participer ainsi à la vie publique[126]. Cicéron se lança dans la politique en 75 avant Jésus Christ. Littérature latine. Cicéron affranchit Tiron en 53 av. Au début simple provincial, homme nouveau, dépourvu des moyens et du crédit des puissants, il est contraint, même en 63, à la prudence et à l'habileté, mais il essaie, chaque fois que c'est possible, de promouvoir une politique très nouvelle à Rome, cette union de tous les bons citoyens, et surtout, après les ides de mars, il s'engage avec détermination et courage contre Antoine, payant finalement de sa vie la défense de la République[170]. Jules Humbert a rappelé que les actions judiciaires à Rome étaient complexes (avec des interrogatoires, des interventions multiples), ce qui implique que Cicéron a souvent regroupé en un seul discours des éléments divers[62]. Pour empêcher toute récupération et reconstruction ultérieures du bien, Clodius avait fait consacrer le lieu par un pontife à la déesse Libertas. Au Moyen Âge, la rhétorique est une des branches du Trivium, un enseignement qui s'appuie essentiellement sur trois traités antiques didactiques, le De inventione de Cicéron, la Rhétorique à Herennius, qui lui est attribué, et l'Institution oratoire de Quintilien[149]. La traduction expose ensuite un résumé de la genèse de tout ce qui existe, en particulier la naissance des dieux. Ce dernier retrouve aussi d'autres textes, et surtout reconstitue la correspondance de Cicéron. Le Sénat pallie ce problème en attribuant ces provinces aux anciens magistrats qui n'ont pu exercer leur promagistrature. Lisez le TOP 10 des citations de Cicéron pour mieux comprendre sa vie, ses actes et sa philosophie. J.-C., l’émergence de personnalités comme César ou Catilina dans le camp des populares, qui prônent des réformes radicales, conduit Cicéron à se rapprocher des optimates. Comme ses précédents traités, elle est présentée sous forme de dialogue. Cicéron lui-même précise qu'il procède à des remaniements (Lettres à Atticus, I, 13 et XIII, 20). En fonction de leurs intérêts politiques ou de leur admiration envers Cicéron, ses biographes ont parfois considéré sa mort comme exemple de lâcheté (Cicéron est assassiné alors qu'il est en fuite) ou plus souvent, au contraire, comme un modèle d'héroïsme stoïque (il tend son cou à son bourreau, qui ne peut supporter son regard). Sa tête et ses mains coupées sont exposées à la tribune des Rostres sur ordre de Marc-Antoine. J.-C., il rallie Pompée avec hésitation, puis est forcé de s'accommoder du pouvoir de César, avant de s’allier à Octave contre Antoine. Il obtient gain de cause. Dans le même temps, Gabinius pille la villa de Cicéron à Tusculum. La mort de Quintus et de son fils (narrée par deux récits contradictoires et tardifs de Dion Cassius et Appien, qui de plus partagent des réminiscences avec l'exécution de Marcus) repose sur le même principe[55]. Suivez les traces de Cicéron, personnalité majeure de la Rome antique, avec LePetitPhilosophe.fr ! La première étape, pour sa dignitas, est de récupérer sa demeure de prestige au Palatin. Lorsque ce dernier envahit l’Italie en janvier 49 av. Cicéron leur suggère d’exiger des conjurés des engagements écrits, qu’ils obtiennent. Dans le domaine politique les jugements ont été souvent sévères : intellectuel égaré au milieu d’une foire d’empoigne, parvenu italien monté à Rome, opportuniste versatile, « instrument passif de la monarchie larvée » de Pompée puis de César selon Theodor Mommsen et Jérôme Carcopino[1]. […] Le tribun, prenant quelques hommes avec lui, se précipita […] Cicéron l'entendit arriver et ordonna à ses serviteurs de déposer là sa litière. J.-C., car les conjurés l'avaient laissé hors de la confidence en raison de son anxiété excessive[A 35]. » Quitte à s'éloigner de la vérité pour défendre un coupable : « Il appartient […] à l'avocat, parfois, de plaider le vraisemblable, même s'il n'est pas le plus vrai »[A 73]. J.-C. dans l’affaire du culte de Bona Dea, déposent un projet de loi punissant tout magistrat ayant fait exécuter un citoyen sans jugement. En mars, accompagnés d'Octave, Hirtius et Pansa attaquent Antoine qui assiège Decimus Brutus dans Modène. J.-C., période agitée qui précède la guerre sociale puis la sanglante rivalité entre Marius et Sylla, ce qui fait volontairement écho selon Levert à la situation politiquement troublée qui prévaut à la publication de cette œuvre[68]. À cette époque, il suit les cours de Gnipho ; dès cette époque, il songe à incarner une troisième voie en politique, celle des viri boni (« hommes de bien »), entre le conservatisme des optimates et le « réformisme » de plus en plus radical des populares ; pourtant, de 66 av. À l'époque de Cicéron, plusieurs styles sont en vogue, tous d'origine hellénique : l'asianisme, forme de discours brillante et efficace originaire d'Asie, mais tendant à l'enflure et au pathos, à l'exagération, aux effets faciles, usant de tournures maniérées et recherchées. L'expression de Cicéron est souvent redondante, reprenant la même idée avec des mots nouveaux, multipliant les expressions redoublées[77]. C'est le stoïcisme qui pénètre d’abord à Rome, avec Panétios de Rhodes, protégé de Scipion Émilien, et qui exerce une profonde influence sur les membres de son cercle Laelius, Furius, Aelius Stilo et les jurisconsultes Q. Ælius Tubéron et Mucius Scévola[95]. Sa richesse est essentiellement basée sur un patrimoine foncier, estimé à 13 millions de sesterces[20]. D'autres effets de diction font appel à la scansion poétique, avec la succession d'une syllabe longue, une brève, une longue (crétique) ou l'alternance d'une brève, une longue, une brève, une longue (double trochée).